Revenir au questionnaire
Consultation eau et innondation
Sélectionner une page

Le patrimoine naturel marin

D’une superficie totale de plus de 1 500 km², le lagon de Mayotte est le second plus grand au monde. Les structures récifales qu’il accueille font partie des richesses majeures du patrimoine naturel de cet archipel. Avec sa double barrière récifale, Mayotte est un haut lieu de la biodiversité marine. Encore mal connu, le lagon abrite des herbiers de phanérogames marines qui sont les habitats des dugongs et des tortues marines. Les récifs coralliens de Mayotte font vivre de nombreux taxons dont 250 espèces de coraux, pas moins de 600 espèces de poissons, accueille l’emblématique dugong ainsi qu’une population de baleines à bosse en reproduction et enfin une importante population de tortues marines. Les écosystèmes des récifs coralliens apportent de nombreux biens et services aux populations côtières, comme la pêche et le tourisme, et forment également une protection naturelle contre l’érosion causée par les vagues.

Ce patrimoine exceptionnel a justifié la création du premier parc naturel marin d’outre mer, le Parc Naturel Marin de Mayotte qui couvre l’ensemble de la zone économique exclusive (68 800 km²). Ce patrimoine naturel confère une grande responsabilité du territoire et à l’Etat français vis-à vis des engagements internationaux sur la préservation de l’environnement et du patrimoine mondial.

Concilier protection du milieu marin et développement durable des activités constitue un des défis majeurs du Parc naturel marin de Mayotte. Pour se faire, le Parc met en œuvre son plan de gestion depuis sa création.

Plan de gestion du Parc naturel marin de Mayotte

Pour plus d’informations connectez-vous au site : aires-marines.fr

 

Les Zones d’Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique marines (ZNIEFF marines)

L’inventaire des Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF) a été lancé par la DAF en 2005, puis en 2011 notamment pour déterminer les espèces et habitats déterminants. Cette première phase a permis de dresser (i) une première liste des espèces déterminantes, bien que non validée (taxons : coraux, poissons, algues, hydraires et mollusques) et (ii) la liste des habitats remarquables. Cette phase a également permis de proposer une liste des zones prioritaires pour un classement en ZNIEFF. En 2015, la DEAL a lancé la poursuite de ces travaux en partenariat avec le Parc naturel marin de Mayotte. Ainsi, Mayotte comprend 22 ZNIEFF(s) de type 1 (secteurs de grand intérêt biologique ou écologique) et 10 ZNIEFF(s) de type 2 (grands ensembles naturels riches et peu modifiés, offrant des potentialités biologiques importantes). Les fiches ZNIEFF correspondantes sont disponibles sur le lien suivant : inpn.mnhn.fr

 

Les récifs coralliens : IFRECOR

L’objectif principal de l’IFRECOR (Initiative française en faveur des récifs coralliens) est de promouvoir la protection et la gestion durable des récifs coralliens et des écosystèmes associés (mangroves et herbiers) dans les collectivités d’outre-mer. Pour conduire cette initiative, le gouvernement s’est doté par décret ministériel du 7 juillet 2000, d’un comité national placé auprès des ministres chargés de l’écologie et de l’outre-mer. Il est appuyé par des comités locaux présents dans chacune des 7 collectivités de l’outre-mer possédant des récifs.

Dans la continuité de la phase IV de l’IFRECOR qui s’étend sur la période 2016-2020 décliné localement en plan d’actions local, la DEAL de Mayotte a relancé début 2017 l’animation de l’IFRECOR à partir de la création d’un groupe de travail technique récifs coralliens et écosystèmes associés (GT RCEA) réunissant les acteurs locaux œuvrant dans la protection des récifs coralliens. Ce groupe de travail a pour objectif de mettre en œuvre le plan d’actions local 2016-2020 à travers des actions de connaissance et de conservation.

Plan d’actions local IFRECOR 2016/2020

Pour plus d’informations connectez-vous au site : ifrecor.com

 

Les tortues marines

Les espèces de tortues marines présentes dans le Sud-Ouest de l’Océan Indien sont la tortue verte (Chelonia mydas), la tortue imbriquée (Eretmochelys imbricata), la tortue olivâtre (Lepidochelys olivacea), la tortue caouanne (Caretta caretta) et la tortue luth (Dermochelys coriacea). Elles sont soumises, à moyen terme, à un haut risque d’extinction à l’échelle mondiale et plus précisément sur les territoires français de ce secteur à savoir l’île de Mayotte, les îles Éparses et l’île de La Réunion qu’elles fréquentent. Cette situation amène à considérer qu’il est prioritaire de conduire des actions d’approfondissement des connaissances de leurs répartitions, leurs dynamiques, leurs circuits migratoires et leur écologie en général ainsi que des actions de conservation s’agissant des habitats et des populations actuellement connus.

Le Ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES), dont la politique est mise en œuvre sur ces territoires à travers les Directions de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement de Mayotte et de La Réunion et la préfecture des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF), a élaborer un plan national d’actions en faveur de ces 5 espèces.

Ce plan national d’actions en faveur des tortues marines sur les territoires français du Sud-Ouest de l’Océan Indien est coordonné par la DEAL Réunion et se décline de la façon suivante :

  • Un volet régional commun aux trois territoires (nommé ci-après PNA régional ou PNA REG) relatif au bilan des connaissances, à la stratégie opérationnelle à long terme déclinée en plan d’actions régional
  • Une partie opérationnelle spécifique à chaque territoire :
    • -> un plan d’actions sur le territoire de Mayotte (PNA Mayotte)
    • -> un plan d’actions sur les îles Eparses (PNA îles Eparses)
    • -> un plan d’actions sur le territoire de La Réunion (PNA Réunion ou PNA RUN)

Le plan d’actions en faveur des tortues marines de Mayotte répond aux enjeux et besoins identifiés à l’échelle locale mahoraise, en s’inscrivant dans la continuité des programmes existants et en proposant des actions nouvelles pour permettre la conservation voire la restauration des populations des tortues marines dans cette île de l’Archipel des Comores.

ecologique-solidaire.gouv.fr

 

Les mammifères marins

Mayotte est un site exceptionnel pour l’observation des mammifères marins dans leur milieu naturel. Une totalité de 24 espèces a pu être recensée dans les eaux de Mayotte, correspondant à un quart de la diversité spécifique mondiale. Selon les critères de la Liste rouge de l’Union Internationale de la Conservation de la Nature (UICN), les statuts de conservation locaux de certaines espèces soulignent le besoin de leur protection : le dugong (Dugong dugon) et les deux espèces du genre Stenella (S. longirostriset S. attenuata) sont évaluées comme « Vulnérables » et la population de grand dauphin de l’Indo-Pacifique (Tursiops aduncus) a été caractérisée comme « En Danger » à Mayotte. Les populations de baleine à bosse (Megaptera novaeangliae), quant à elles, commencent tout juste à récupérer de la période l’exploitation intensive.

Les mammifères marins sont en effet des espèces fragiles. Le stress induit par des perturbations répétées et trop intenses liées notamment à des comportements d’approche non respectueux est susceptible de perturber profondément leurs comportements et d’avoir des impacts négatifs sur leurs populations. Pour préserver ces animaux, il est donc essentiel de respecter leurs besoins de tranquillité. Il tient à l’ensemble des usagers de la mer, partageant l’espace avec ces espèces, d’assurer que les conditions nécessaires au bon déroulement de leur cycle vital soient maintenues.

Le dugong, nécessite une attention particulière, notamment en raison de son statut de conservation. Classé comme « vulnérable » par l’UICN au plan mondial, il est considéré comme en danger dans le sud-ouest de l’océan Indien. Son statut à Mayotte est particulièrement préoccupant puisque la population de dugong compte moins de dix individus.

Le Ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES), via la DEAL de Mayotte a élaboré un plan national d’actions en faveur du Dugong à Mayotte. La DEAL en assure la coordination avec l’appui d’un comité de pilotage et du Parc naturel marin de Mayotte, opérateur du plan depuis 2012.

Pour atteindre les objectifs définis par le plan national d’actions, 27 fiches actions ont été élaborées dont le détail est présenté dans le document téléchargeable à l’adresse suivante ci-dessous.

Ce plan arrivé au terme de sa période d’application, la DEAL va entamer son évaluation notamment à travers l’efficacité, en cherchant à vérifier si les objectifs ont été atteints, et la performance, en analysant si les objectifs poursuivis sont bien adaptés aux problèmes auxquels ils s’appliquent. Cette évaluation servira de base à l’élaboration du PNA en faveur dugong à Mayotte 2018 – 2022.

http://www.developpement-durable.gouv.fr/plans nationaux d’action-faune marine.html

0/5 (0 Reviews)